🌐 Membre(s) Map

Carnets de voyage : MSC Fantasia: retour de Dubaï, mars 2017... vu de la 15009 961


Bonjour , . . . .Vous pouvez rester assis.
En ce temps la : - 24 ieme jour du mois de mars, MSC dit a ces disciples : - l' heure est venue de me suivre, et aux autorités : - " laissez venir a moi ces petits voyageurs " ! (Oui, j' écris cela le jour de Pâques, j' adapte )


Peu étaient déjà sur la terre promise a Dubaï.
Tous les autres : - dans le mouvement : - "vers", comme dans une grande aspiration incontrôlable.
Qui dit aspiration: - sous entend : - vent !... Et il y en eu :
- pour ceux qui partaient de Nice,
- comme pour les autres, de Paris.
Oui, vent et pluie,... mais la, pas comme d' habitude chez nous,.. mais la bas : - a Dubaï !! . . . avec des effets sur les plannings de vols déjà chargés : - une arrivée tardive engendrant un re-décollage.... encore plus en retard.

Notre : A 380, de Paris se présenta avec 2 h de retard, face a la salle d' embarquement ou mijotaient une dizaine de couples MSC.
Quelques détails de bagages avaient permis de faire connaissance avant les comptoirs, dans l' angoisse du choix de sièges " impossible " sur internet ou ailleurs. Phénomène évoqué, en son temps.
Heureusement pour tous, MSC avait quand même réagit a la pression de quelques agences (je pense) et avait, du coup, placé ensemble tout le monde, 10 couples, tant qu' ils y étaient, bien!

Pour l' anecdote, : ce fut la première fois que je vécu un atterrissage d' A 380, avec remise des gaz, juste au moment de toucher le sol, ( . . . et ça pousse !!!) avec virage a gauche. . .bien marqué, et un " rabe " de balade la haut.
Le tout, sans petit déjeuné, (malgré le retard).... que nous aurions tous pris : -" dans la tronche ", a n' en pas douter au regard des turbulences.

Nos Niçois, ne dérogeaient point :
- PAf, pour 2 heures de retard au départ, .
- re- PAF, pour l' attente avant de se poser, a faire la toupie au dessus des nuages la haut et la bas.
Gros avantage pour eux : - décollage prévu vers 14 h, ils devaient bénéficier d' une nuit a l' Hôtel a Dubaï, dès leur arrivée dans la soirée, avant d' embarquer le lendemain matin sur le bateau.
Résultats : - Mes informateurs arrivèrent dans leurs chambres vers 5 ou 6 h du matin,... pour en repartir vers 9 !

Les formalités du débarquement, le transfert au terminal fut ordinaire, l' immensité de salles offrant une aisance toute relative, au regard des chicanes obligatoires des procédures.

Une mention particulière, car j' estime la devoir, a COSTA, qui accueillait ses passagers " quasi " a la sortie de l' avion, pour les acheminer, " ensemble ", derrière la pancarte " Costa Néo-Rivièra " a un poste de contrôle spécifique ouvert pour la circonstance.
(Bon, des fois, : - Il y a peut être des gens MSC qui lisent le forum ????.... tant qu' a faire !!!.... Ah, il y avait aussi " des Costa " a Roissy, avant les comptoirs d' enregistrements.... hein... !... Passons...)

La découverte de Dubaï sous la pluie (même pas chaude) dans un " gris opaque " bien installé partout, donne une vision étrange et inattendue. La moiteur en ajoute un peu a la descente du car.

Le terminal croisière se résumera, pour nous, a une immense salle, ou les panneaux directionnels ne gâchent pas l' harmonie sans caractère qui règne.
Nous cherchons le point YC !
A force de marcher vers : - . . . rien, nous découvrons un enclos. . . si si, bordé de cordons rouges sur balustres qui vont bien avec.
Le sigle convoité apparaît en même temps qu' un parcage astucieux de passagers désabusés (ou fatigués) devant un espace libre a tapis rouge.
Vous pourriez accédez a l' endroit sous les ovations d' un public en délire, si ces derniers n' avaient réalisé le beau " plantage " de l' accueil made MSC, a Dubaï.

Certains membres de connaissance Internet se devinent, se supposent, et sont présentés les uns aux autres, via :
- une part importante de hasard, et d' informations furtives. Nous avons le temps, il ne se passe pas grand chose.

Sans se perdre dans les détails : - j' estime que c' est la plus mauvaise organisation du genre, pour ce qui me concerne.

Les valises ont été lâchées a l' aéroport. . . OK !..
Mais l' enregistrement individuel, en partie :- " sous des ovations hypothétiques du public ", en partie : - la haut a la conciergerie, est la plus désordonnées de mes souvenirs (YC).

Le pompon, avec " mention spéciale du jury ", est l'embarquement depuis le quai, ou, un groupe important de passagers attend.... sous la pluie, (et pas un crachin de chez nous) : - que ces Messieurs de la sécurité veuillent bien accéder a votre requête de "monter a bord , "SANS " Cruise Card ", . . puisqu' avec la méthode COSTA : - elle est sur votre lit ...
Ces personnages sont en charge de la vérification des papiers (en 5 ou 6 langues) papiers, que viennent de passer au crible " les ceusses " du terminal.
C' est long, idiot, il pleut, et cela commence a bien faire.

Je profite d' un défaut dans cette organisation,... sans faille et obligatoire, pour me laisser guider par un maître des lieux, au ton affirmé comme il convient, vers l' étape suivante : - la photo (qui sera sur la carte).
Nous sommes, mon épouse et moi dirigés sans hésitation vers des files créées dans l' atrium: - Bella - Fantastica - Auréa...
Ma " mine de moi pas savoir " sur le visage (ma meilleure, et la plus sournoise) je suis le " relais " qui est passé avec autorité a une collègue . . . qui le regarde, désolé pour lui, mais gentille avec nous : - Les YC n' ont pas a être envoyé la !!
Un membre du groupe se laissera photographier gentiment,. . . . avant que l' autorité ne s' aperçoive du cafouillage.

La conciergerie recolle les morceaux.
Les arrivées " par paquets ", ne facilitent pas son rôle, mais nous sommes dans une ambiance totalement différente, le confort feutré, le calme, le service l' amabilité,..... nous y sommes, et il n' y pas photo (. . . a si : - la il y en a une, la vraie ! ).

Nous découvrons alors notre espace : -.... hummm !. . . et, en plus, notre majordome nous reconnait, nous avons vécu 3 transats en même temps, il se souvient, nous rappelle des détails... et oui, il a raison.

Sur ce voyage, il est Notre majordome, il est tout a fait dans son personnage, stylé, avenant, et possède un français irréprochable.

Nous sommes 9 couples de connaissance, cette fin d' après midi au top Sail.
Que de chemins différents depuis Juillet 2015 le début de nos relations internet. Qui aurait parié sur cette situation, dans ces décors, les petits fours a portée de mains, un personnel nombreux, autour, pour satisfaire les envies ?

Tout ce petit monde est la pour l' auto présentation.
Le moment est inédit : - vous avez les pseudonymes, mais pas les têtes qui correspondent.
Plus délicat : - vous reconnaissez des visages du matin,.... mais pour remettre un nom dessus - ! . . . ? la honte.

Le groupe est, en fait, assez homogène, si pas dans les âges, pour l' esprit : - avec des contours assez larges toutefois.

Chacun respectera la vie a bord, voulue par l' autre.
Des affinités seront remarquées rapidement, sans gêner la cohésion, toujours manifeste a la moindre occasion, et surtout, a celle d' une rigolade, d' une conversation.
Les rencontres du matin, aux " p'tit dej ", aux apéros, thés, ou a la " One pool ", seront toujours larges et agréables.
Les repas s' organiseront avec une géométrie, plutôt variable le midi, plus resserré le soir, mais a aucun moment lié a un quelconque mouvement d' évitement.
Tout au plus, consécutifs a des habitudes . . . . qui ne se prennent pas,..... ou qui sont senties autrement,..... comme cela, . . . . sans plus !

Quelque part : - une réussite, ce groupe. La posture " intelligente " en remblai de petites anomalies dans la vie courante. Parfait !... a mon sens.

Maintenant, les cartes sont retournées, plus de " pseudo " : - des prénoms, des sympathies,... des bons souvenirs,... de franches amitiés,..... mais tout ceci dans le cadre désormais : - des vies privées. . . et la plus élémentaire des politesses entravent mon goût a.... (mais j' en trésaille d' envie.)

La population francophone du YC est très importante, et ce n' est pas la coutume.
Outre notre groupe, un autre rassemblement d' une dizaine de français sont autour de nous. I
Ils sont fort " sympa ", l' esprit est présent, et les rencontres sont faciles, voir amusantes. Nous croisons également 4 couples du " pays ", ainsi qu' un autre de Namur, des plus conviviales.

La aussi, excepté un ou deux couples " qui se la pètent " sans beaucoup d' intelligence (. .. oh pardon), il est vraiment agréable de voyager en cette compagnie francophone.

Le détail MSC : - aucun personnel de la conciergerie ne possèdent le moindre mot de français. Et nous sommes pourtant " un grand nombre. "
C' est tard dans la soirée, alors que le fantasia doit appareiller pour Abu Dhabi vers minuit, que nous apprenons par micro interposés :
- que le navire reste a Dubaï !

Nous venons d' ouvrir, sans le savoir, le grand livre des incohérences MSC, avec la participation de la météo. . . qui, a le dos large, avec le recul.
Je condense et souligne les manoeuvres pleines de ruses du bord :
- la météo nous empêche d' aller a Abu Dhabi !
- donc les passagers qui débarquaient la bas, doivent être dans le théâtre, prêt a descendre a.... 2 h du matin !! (il est près de 23 h), pour être acheminés, en car, a l' aéroport de leur avion.
- les excursions d' Abu Dhabi du matin sont annulées... OK !...
- celles de l' après midi sont maintenues, et faites dès le matin, depuis Dubaï, en car.
- En 4 h de car au mieux, (en plus des 3 ou 4 h de balade la bas),.... et sans repas !!! (ils prennent le transport en charge, il ne faut pas en demander trop non plus.... juste de l' eau;... Les passagers sont sont assez gras comme cela)..
Les nôtres reviennent dans un état de fraîcheur, . . . quand il en reste, assez avancé,.... pour apprendre que le Fantasia partira en fin de nuit..... pour Abu Dhabi !!
.... Si si, ils ont fait ça !
Posé a Abu Dhabi, ou le temps n' est pas dans les standards,... sans être a faire peur, non plus, a un chalutier breton :
- nous ne voyons pas le moindre signe de vent au large,. (.. ces détails de météo, collant avec l' impression de ceux qui étaient venu la, hier, le jour ou le Fantasia ne pouvait pas venir !.)

Ce n'est pas terminé!.. mais non, mais non.!
Pour être juste, il faut mentionner la consternation " de l'animateur au micro ", qui nous annonce, avant de se jeter a l' eau couvert de honte et de remords :
-.... que nous n' irons pas non plus sur l' île de Sir Banis !!!!..... La météo !!!!

La: - . . . . encore un effort: - et ils éviteront Gènes aussi !

Mais si le golf Persique les intimide ainsi : - ils ne sont pas arrivés en Baltique. les MSC, . . " Z' ont " du faire l' école navale, section remorqueurs de hautes montagnes les petits de la passerelle.

Perso, nous n' avions pas de projets particuliers en ces lieux, mais MSC nous impressionne quand même un peu, pour rester avec un vocabulaire pompeux.

Les plaisirs du bateau, que je ne peux pas qualifier comme sur le Daily de " plaisirs en mer " nous laissent arriver : - sans rien faire, a notre premier jour de mer. Celui dit : " J 4 de la galette pour tout notre groupe ".

Une petite organisation liée a un décalage d' une heure est complémentaire au projet. Tout le monde est prévenu, le YC, par mon Majordome joue le jeu et nous facilite les choses,... sympa.

Ils sont tous la, sauf 2 impossibilités. Le grand concours de : -" je ne le voyais pas comme ça " se déroule dans une excellente ambiance.
Cela " cause " dans tous les coins, une seule bouteille de Proséco retournera la haut,.... ce qui prouve que nous en avions assez.
Beaucoup participent a la remise en état des lieux, par correction vis a vis des personnels hors YC qui n' avaient rien faire la, a cette heure. Je vois quelques billets circuler discrètement.

Considérant notre groupe, je pense que le but était atteint a ce moment la.
Par de réelles sympathies collectives, tous n' étaient pas au YC. Des échanges, cette fois privées, ont été une réalité tout au long du voyage, mais il reste vrai que les sphères de convivialités aux habitudes différentes, très marquées, n' ont pas portées au delà.
Hors excursions, ou je reviendrai.

La température reprend le dessus du thermomètre, nous voguons vers la mer d' Oman,
Les habitudes sont déjà dans les réflexes, et, bien sur, ce n' est que le début :
- le meilleur, ou l' on passe du jour au lendemain, sans se poser plus de questions. .. . devant, nous avons du temps.

Nous descendons maintenant sur un cap au Sud, " plus ou moins Ouest ", et la chaleur en journée sur les ponts, ouvre la " chasse a l' ombre ", pour beaucoup de " chaise-longuistes ".
Les autres : - rougisses, brunisses aux deux faces, ruisselles, et décorent les ponts, façon étale de boucherie un jour de marché. (et " ça " donne pas toujours envies d' acheter ! . . . . bon, des fois: - si ! . . . mais...enfin : - non !)

Nos deux prochaines escales a Oman, n' ayant pas retenues, plus que cela, notre attention; nous nous contenterons, mon épouse et moi, des souvenirs, certes un peu mélangés, d' il y a 10 ans, et profiterons ainsi du bateau déserté. . . alors que justement, le désert est juste a coté,.... mais pour le coup : - sillonné d' autocars.

Je reste a bord, et profite avec délectation du YC, de son service, de la petite musique douce des coursives, de la " bonne douce température " ambiante . . . hors au One Pool, ou il fait aussi chaud qu' ailleurs.
Les rafraîchissements automatiques en plus, proposés par un personnel, lui : - habillé avec soins. Ils se relaient heureusement.

L' amabilité du personnel, les sourires et la gentillesse a votre approche, leurs sollicitations aussitôt que vous vous posez dans un fauteuil, sont toujours remarquables, appréciés, jamais excessifs ou pesants..

Tout au long de ce voyage seul l' incompétence du Maître d' hôtel m' étonna, drainant ci et la, des comportements " plus marqués " et inhabituels, en son fief.
Dès le début, il fût avancé que : - " c' était son premier YC ! "
- Le fait est, qu' accueillir les hôtes en demandant ," l' heure du service souhaité ", ne correspond pas du tout a une entrée en matière habile en ce lieu pour les habitués....
" Si vous voulez dîner dans cette partie : - venez a 18 h 30 .... ou revenez a 21 h 30 " . . .sur le ton de : - " moi j' y peux rien, c' est comme cela " !
Tiens donc ? ? .. Jamais un sourire, toujours accablé par le sort,... en fait : - sans aucune classe, il fut un sujet de déceptions... même a la conciergerie qui reconnaissait a mots couverts qu' ils avaient, aussi, des difficultés avec lui :
- a la One Pool,
- aux réservations pour dîner. . . non tenues, ect.

Le moins agréable de tous, le moins net également : - des " arrangements " possibles avec ce Monsieur, ne surprenant pas les personnes " avisés de nos âges et expériences ", mais ternissant le personnage.

Il fut remplacé un soir :.... par un vrai : - élégant, de belle prestance, et avec un " savoir faire " incontestable : - grand et aimable sourire, " je vous faire servir une flûte de champagne pour attendre votre table ? "... ect, ect...
Ce soir la : - un autre monde, et pour tous, un rappel de ce que cela devait être sans ce mauvais casting.

La cuisine resta honorable, voir agréable. Les grands classiques YC étaient la : Langoustes 2 ou 3 fois, Homards, Tournedos (presque) Rossini, filet de boeuf façon..., et toute la variété des poissons d' usages, les plats étaient bien préparés.

Même si quelques menus du midi pouvait prendre le temps de la réflexion pour " se décider ", rien a médire des équilibres de repas, intérêts des menus. Services de bonne tenue, bien suivis. Les, fromages... courants sur un bateau, et habituel la haut sans surprise.

La surprise, car il y en eu une, fut a la fin du voyage . . .
. a 3 ou 4 jours de l' arrivée, l' expression a la mode fut : - " plus de.... "... plus de citron, de fruits, de fromage " x " et d' autres aussi, de ci, de ça, de glaces a.
.,.... les deux derniers jours : "... plus de croissants pour les " p'tits dej " !!.... Horreur !

Cela fait sourire ici, mais dans ces moments : - il coule dans les rangs, de légères agaceries.,

4 jours de mer.... OK !... pas extraordinaire non plus quand mêmemais :
- . pas de ravitaillement a Aqaba..
- bon !.....
- Mais rien non plus en Crète,
- ni a Rome... ????
Les considérations pour les passagers s' affichent clairement, chez les comptables et gestionnaires de MSC.
Boutiques : mêmes soucis.

Le temps pour nous ici, d' arriver au terme de ces 5 jours de navigation, dont les distractions hors du bord furent :
- une évacuation dite " sanitaire ", mais disciplinaire en fait, a dire sous cape, au dernier soir des côtes Omanaises d' un individu jugé violent, avant les 5 jours de mer, et avant d' être face au Yémen, ou a l' Arabie Saoudite.
- Un coucou au revoir, d' un escorteur " de chez nous " au petit matin, vu sur notre arrière,
- le même coucou d' un Hélico " de la maison aussi " qui nous examina tranquillement en plusieurs passages sympa,
- une deuxième évacuation " sanitaire " vraie, celle ci, avec détournement du navire vers les côtes saoudienne de Mer Rouge, en pleine nuit, et 3 heures d' attente, un peu au large, d' une vedette officielle avec médecin et tout et tout..
..... 3 ou 4 heures de retard, changement de cap oblige, qui nous fit arriver a Aqaba vers 10 h du matin,.... la ou 2 autres bateaux avaient déjà lâché leurs passagers... vers Pétra, entre autres !!!!
Nombre de passagers en vadrouille estimé ce matin la pour nos 3 navires :.... 10 000.

Le retour de Pétra, après un déjeuné, ou nous avons cherché midi a 16 heures, est déjà une phase de récupération.
Un truc comme cela : - pas tous jours !..
Comment bien visiter Pétra : - probablement en partant une semaine dans un hôtel confortable du cru, il y en a, et d' arpenter le site :
- en plusieurs fois, c' est, en fait immense et dépasse les quelques clichés autorisés,
- avec un bon guide, a vous,
-... les jours ou il n' y a pas de bateau a Aqaba.

Nous retrouvons calme et confort sur le navire.
Dans le port, déjà un des navires appareille, nous serons le dernier a partir, et nous prendrons, a petite allure, notre place en ce Nord de la Mer Rouge, ou notre futur convoi pour le canal de Suez se forme sur de vastes espaces de temps a autres habillés de plates formes pétrolières.... extraction ou transbordement m' explique t' on.

Nous nous réveillons le lendemain matin sur le canal.
Nous naviguons a faible allure sur le nouveau tronçon. Notre descente sur le Sinfonia en Octobre avait fait découvrir, depuis le " canal historique " les travaux de creusement, ou d' achèvement du bras d' eau ou nous barbotons.

Les images ne sont absolument pas les mêmes, a ma grande surprise. Nous découvrons la berge de droite pour nous cachée depuis l' autre sens, par les dunes de sables élevées entre les deux bras bien espacé déjà.
Sur cette berge, et en épaisseur sur le désert des Kilomètres de constructions neuves type immeubles de 4 a 5 étages, et sur plusieurs " rangs ", bien alignés.
Tout ceci ne semble pas opérationnel, fini et " en attente ", ou, en finition ??? Seul le béton est bien visible, les détails sont trop loin.
Qui viendra la ???... Un nouveau centre de vacances " soleil - chaleur - rien " IMMENSE, des bassins navigables pour petits voiliers sont creusés, certains sont déjà " en eau ". Une nouvelle ville : - entre le désert et le canal ?... a suivre....

La journée passe lentement. Nous " Méditerranéons " en fin de journée.
Pour la circonstance, l' homme au " micro fou ", nous apprend que notre escale en Crète est maintenue, mais que nous y arriverons en retard....
(ils vont finir par rater Gènes, je vous dis...)

La navigation nocturne sur notre nouvelle mer retrouve des valeurs connues, en vitesse et sensations... il y a de petites ondes qui s' amusent avec nous, mais, hélas, pour mon épouse et moi... sans beaucoup d' effets.... mais quand même.

Cette latitude sent le bout du voyage. En cette belle soirée, ou, au YC le personnel connait par coeur ses passagers, par heures et habitudes, nous réalisons, a notre coucher, qu' il ne nous reste que 3 autres couchages, avant Gènes,.
(.. ou similaire... " on ne sait pas ", de toute façon : - nous y serons en retard...)

Le temps ici, de faire un point sur l' avis de ce passager de la : -15009, au delà des détails " de vie courante " de menus, et d' autres coutumes du lieu.
Deux points laissent une interrogation sur la pérennité de nos choix au YC de MSC, . . . voir de MSC " tout court ":
- a) - Bien que le YC affiche complet,... et l' est, : - MSC vend des séjours dans le YC, pour la journée, de 8 h 30 a minuit. (110 euros jours/ personne). One pool, Top Sail et restaurant sont surchargé les jours de navigation, au détriment exclusif de ceux qui ont payé le prix demandé pour avoir " autre chose " que ça.
Outre cette sensation de " monde " en fin de journée au Top Sail, inconnue pour nous malgré nos 90 jours cumulés la haut, le restaurant le soir est le plus désagréable a évoquer : - combien vis je de couples du YC, attendre leurs tables... occupées par ces visiteurs. les tables a deux, particulièrement exposées au choix de ces couples d' un soir.
Il est évident que ces passagers, friands de bonnes choses, ou qui n' avaient pas trouvé de Suite, et qui voulaient se faire une idée, ne sont absolument pas en cause. Au contraire, je trouve qu' ils ont bons goûts.
Mais de la part de MSC, ceci est une escroquerie pour les amateurs qui ont acheté les conditions YC normales. Ils ont vite fait de bafouer leurs engagements, et de tromper la clientèle sur la marchandise.
Les questions n' ont pas manquées sur ce sujet, et ce n' est pas de répondre " nous limitons le nombre (encore heureux) qui rétabli le confort et l' aisance habituelle.

- b) - Nous avons découvert une nouvelle catégorie de passagers, et par le fait, les conséquences de mélanges de populations qui ne se rencontrent pas ailleurs.
A été embarqué, une faune qui n' a rien de commun avec les passagers habituels de toutes catégories.
Les comportements, dans un sens ou un autre, que nous connaissons tous,... déjà abordés, avec les stars de ce grand classique; sont rendus, ici, au rangs " d' enfants de coeur " :
- Provocations a l' ascenseurs,
- nuisances volontaires sur le matériel et dans le comportement était monnaie, pas courante, mais fréquente, suivant les heures.
Ceci a lassé un certain nombre d' entre nous, et en a agacé d' autres. (Il m ' est arrivé de ressortir de l' ascenseurs, pour obtenir quelques " explications de texte "... sans réponse, la dérobade étant de mise, voir par l' escalier)
Certains passagers du YC préféraient monter au palier du 16, ou l' ascenseurs ne peut être pris que par le YC, pour éviter le 15, " et les accès piscine ", et descendre dans les ponts de salons 7 et 6.
- blocages, entraves sournoises, bousculades délibérées, ou obstructions, aux sorties pour les excursions, terminent le tableau.
Il est évident que le passager de 1, 85 m, 90 kilos, était peu concerné, mais les personnes plus faciles, âgées, ou les femmes, voir les deux, étaient un sujet de choix.
Je suis intervenu personnellement pour " décoincer" une petite dame de "chez Nous", volontairement coincée par ' une grosse bonne femme " en collant collé , et chemisier trop court " a une sortie d' ascenseurs.
Le meilleur :
- le retour d' excursions en Crète, : - Sous les entraves, la pression de l' ambiance, les sifflets des files pour embarquer, une jeune femme du Personnel YC, chargé d' amener ces hôtes, ne tient plus, et fond en larmes, Un homme, passager YC, prend sa défense verbale, et se trouve agressé par une hystérique qui le gifle.... Heureusement l' homme savait se tenir.
Tout ceci, sans aucune intervention des staff sécurité ou autres MSC.

Je rédigeais alors une lettre sur le comptoir de la conciergerie, que je ne définis pas comme " mise en demeure " mais qui en avait le ton, au Guest manager, pour exiger que MSC crée ou restaure les conditions de sécurité pour les membres du YC sur le bateau.
L' homme monta me rencontrer sur l' heure. Il était au courant. Il semblait dépassé par ces événements, dont il ne gérait pas les causes profondes,... bien que sachant les localiser. La conciergerie, et cet homme me conseillèrent vivement de faire remonter cela en France. La conciergerie expliqua, dépitée : que " c 'était la guerre ".... l' anomalie n' était donc pas de ce voyage !!

Pour soulager ceux qui, a tort, pourraient prendre ombrage par assimilation, au moins par goûts, je précise que c 'est la première fois que nous voyons cette gente vulgaire violente et basique, se battre sur un pont, devant tout le monde, pour une chaise longue, et que nous assistons a une évacuation " en mer " par vedette, d' un personnage jugé dangereux car violent. Officiellement " évacuation sanitaire ", et puis par la suite....
Les forfaits alcoolisé tout inclus n' ont probablement pas aidé, non plus cette frange de population

La dernière journée de navigation, portant nos (magnifiques) corps bronzés vers la dernière escale de ce périple : - Rome, nous donne l' impression de naviguer " entre terres connues ". Une dernière " évacuation sanitaire " avant le détroit de Messine, nous interpelle : - la cuisine n' est pas si mauvaise, pourtant.... mais pour ce passager, nos petits soucis sont futilités.

Avec les jumelles, je peux considérer dans le ciel nuageux au dessus de la Sicile : - une touffe, une grappe, un monceau, de nuages,.... qui bougent beaucoup plus vite que les copains autours. Je réalise, alors, que j' ai sous les yeux, le panache de fumée qui s' échappe de l' Etna. J' en suis tout ému. Saperlipopette, " ils " ne vont pas nous faire cela quand même... !!

Non : Nous arrivons... tard bien sur, a Rome le lendemain.
Cet avant dernier petit déjeuner a des saveurs particulières... dans les têtes.
Depuis longtemps : - plus de fraises, de framboises, de fruits sec, de fruits "tout court ", de citron,... carences augmentées rapidement par l' absence de fromages, des meilleurs glaces, ect, voir des accompagnement curieux a certains plats, ou des définitions qui ne collent plus vraiment aux textes des menus..... Et ce matin, comme déjà hier : - plus de croissants !!! Ravitaillement en Crète : ? - ah que nenni non point !

Une plaisanterie ?... non ! - Une connerie des gérants, comptables des deniers de Monsieur MSC,.. trop courts, trop chiches,... trop petits dans la tète, Il se font, ces derniers jours, plus de mal que d' économies.
La stupidité du bon passager confiant lambda : - ils vont ravitailler, au moins partiellement, a Rome,... a la maison !!!! eh eh ?... et non ! Pourtant, avant Pâques, et de Rome, un coup de cloches était facile, elles étaient encore toute la bas..... sauf, bien sur, celles sur le navire a se faire des illusions sur le dernier " p' tit dej " du lendemain...

Nous ne descendons pas a cette escale, et laissons tomber notre excursion, faute aux soucis de la dernière escale. Le navire est accosté dans le sens de son arrivée, nez a nez avec le Splendida, qui lui, comme celui derrière, ont prit le temps de se retourner dans l' axe de leur sortie, comme d' habitude.
L' encadrement des excursions est plus efficace ici. La sortie a l' avant, sous le YC est opérationnelle, les majordomes sont sur le terrain, jusqu' au bout. Pas d' incident. a ma connaissance, Quelques réalités ont du sauter au C; (derrière, juste sous la ceinture..) de certains responsables du bord, grands maîtres de l' économie de personnel.... ou particulièrement incompétents.

Nous ne regrettons pas, en fait, notre situation dans ce navire oublié par beaucoup de touristes Romains de la journée.
Nous savourons plus que nécessaire, le confort, le calme, la sérénité du YC, qui lui, est toujours resté a la hauteur, pour son service, accueil, disponibilité.... Ah : - la dernière infusion du soir, sous lumière tamisée, au top sail, avant de s' aller coucher, via les coursives, ou flotte une douce musique d' ambiance..... des bons souvenirs aussi...
Nous avons l' avantage de prendre notre temps ; donc de déclencher, a notre guise, ou plutôt a celle de Madame : - l' opération " valises et bazars du dernier soir "... un grand classique !

Nos absents du jour, ont se souci a gérer, comme tout le monde.... sauf que notre heure d ' arrivée tardive les a fait partir... tard, et qu' ils...ne reviennent pas tôt. Nous avons le temps de saluer le Splendida qui appareille, lui démarre sa croisière d' hier soir... ils doivent se préparer pour leur soirée de Gala.... un autre monde que le nôtre ou, quasi 3 semaines après notre début déjà loin : - les habitudes sont a abandonner.

Nous arrivons :... a l' heure,... et a Gènes :- deux beaux succès !!....
- Faites " péter " le champagne !!!... Ah non,... il n' y en a plus, non plus !! (vrai !)

Nous sommes tous invités a être disponible a la conciergerie pour 8 h. Nous allons assister au débarquement le plus rapide de tout nos voyages :
- Quelques petites minutes au delà, nous sommes conviés a suivre un majordome. Les deux ascenseurs " centres " sont au 15, et sont disponibles,
- nous descendons toujours accompagnés, au pont 7, et nous traversons tout le navire jusqu' au dernier salon arrière, de part et d' autres, suivant l' endroit, " des personnels " sont la, qui " font mine de rien " (le font fort bien d' ailleurs.)
- nous arrivons sur la dernière porte, coté quai, nous sommes alors " décartés " par la sécurité, passons devant le capitaine immobile, juste avant la porte, il salue ceux qui le reconnaissent, et nous descendons le long du navire, par des passerelles accessibles tout de suite la,... et ouvertes pour nous. Nous sommes dehors, nous ne nous sommes pratiquement pas arrêtés.
- toujours sous majordome, nous arrivons rapidement a une petite salle, ou ne sont présentées que nos valises.... la : facile...
- toujours par des accès très rapides, et vides, nous arrivons au grand hall avant les autocars. l' encadrement se fait plus épais, se sont des personnels au sol qui guident les majordomes avec nous
- Nous arrivons aux cars, vides... a 8 h 20 !... Ouahou !! Celui pour " Nice aéroport " ne concerne, quasi que le YC, il a son effectif rapidement, et nous partons a 9 h.
D' un seul coup : - c' est fini.

Conclusion a tête encore chaude :
Le Yacht Club :
- top sail, One pool,... très bien, sans les touristes d' un jour chaque fois renouvelés, et les multiples visites en groupes que je qualifierais de malsaines.
- le restaurant : bien pour les plats, mauvais pour ce Maître d' Hôtel, hors contexte et sans classe, heureusement que le sommelier lui sauvait des " coups " lui, avec son expérience du lieu,.. excellent pour le service, attentif et stylé. la aussi, des vrais.
Ailleurs :
- mauvaise organisation, tout mélangé : - embarquement, gestion sorties et embarquements aux escales, et les modifications d' escales plus ou moins crédibles du début,
- mauvaise communication a bord : des attentes de renseignements vaines, et la stupide lecture, le matin du Dayli de la veille,... comme si nous ne savions pas lire... et au micro : - en 5 langues SVP, et trop fort dans le YC.... de l' amateurisme. j' en fis part a la conciergerie au bout d' un temps.... avec succès.
- une grande surprise d' apprendre que nous n' avions pas assez de provisions, et de beaucoup de choses, boutiques du bord compris...

Tout cela : - mieux résumé par cette ponctuation : - ? ! -


-Mars 2017 .


Cristianhcristianh Publié le : Thursday 26 November 2020 @ 17:21:48